La Bulgarie rejette le traité de lutte contre la violence faite aux femmes

Le parti GERB au pouvoir en Bulgarie a retiré au parlement un traité européen destiné à combattre la violence contre les femmes face à l’opposition de ses alliés au sein du gouvernement et des groupes religieux, selon Reuters.

Le gouvernement de centre-droit du premier ministre Boyko Borissov a soumis la convention du Conseil de l’Europe à la ratification le mois dernier, mais les mots utilisés pour définir le genre a déclenché le tumulte dans le pays le plus pauvre de l’Union européenne.

Ce conflit éclipse les efforts de Borissov pour présenter l’ancien État communiste, qui a rejoint l’UE en 2007, en tant que pays progressiste et ouvert d’esprit au cours de son premier mandat en tant que président du bloc.

Il met également en lumière la résistance généralisée des pays les plus conservateurs de l’ancien bloc de l’Est aux valeurs libérales de l’Europe occidentale.

S’exprimant sur bTV, Borissov a déclaré que GERB ne procéderait pas à la ratification du traité, également connu sous le nom de Convention d’Istanbul, en raison du manque de soutien des partis politiques, y compris les patriotes nationalistes unis.

« Nous n’adopterons la convention d’Istanbul que s’il y a un consensus dans la société bulgare » a déclaré M. Borissov lors d’une interview mercredi soir

source