La ministre de l’énergie démissionne après des allégations de corruption

La ministre démissionnaire / Photo : LinkedIN

La ministre bulgare de l’Energie, Temenuzhka Petkova, a démissionné vendredi à cause de ses liens avec les propriétaires d’Inercom, une petite société qui devait racheter les actifs de CEZ en Bulgarie, alors que le gouvernement cherchait à apaiser les craintes selon lesquelles elle aurait influencé l’accord.

La compagnie d’électricité tchèque « CEZ » a approuvé la décision d’Inercom de reprendre sa branche bulgare de distribution d’énergie qui fournit de l’électricité à plus de 3 millions de personnes dans le nord-ouest de la Bulgarie, un négociant en énergie et plusieurs actifs d’énergie renouvelable.

L’accord, estimé à environ 320 millions d’euros, a suscité des inquiétudes chez les législateurs des partis politiques quant à la capacité de l’entreprise peu connue à financer et à exploiter des actifs énergétiques stratégiques.

Selon « Transparency International », les coûts de l’électricité sont politiquement sensibles dans le pays des Balkans, qui compte 7,1 millions d’habitants.

Suite aux reportages de plusieurs médias selon lesquels Petkova a été témoin du mariage des propriétaires d’Inercom, elle a confirmé qu’elle les connaissait depuis une vingtaine d’années, mais a nié tout lien familial avec eux ou tout acte répréhensible.

S’exprimant devant des journalistes à Bruxelles, le Premier ministre Boyko Borissov a déclaré qu’il accepterait la démission de Petkova pour dissiper tout doute que son gouvernement influait l’affaire.

« Je veux confirmer … (le gouvernement) n’avait aucunement influencé cet accord », a-t-il dit.

L’accord est en attente d’approbations réglementaires et Borisov a déclaré que le régulateur énergétique, financier et antitrust du pays, ainsi que les services de renseignement, examinerons de près l’accord, y compris l’origine des fonds pour la transaction.

Les socialistes de l’opposition ont critiqué l’accord, exhortant le gouvernement et le président à prendre position.
Le dirigeant d’extrême droite Volen Siderov, partenaire de la coalition junior du gouvernement, a exhorté les procureurs et les autorités anti-corruption à examiner l’affaire.

source & l.r