Affaire Skripal: La Bulgarie n’expulsera pas de diplomates russes

Source : Flickr

Le premier ministre Boyko Borissov a déclaré que le pays qui possède actuellement la présidence de l’Union européenne se devait maintenir le dialogue avec la Russie dans un contexte d’escalade entre l’Occident et Moscou suite à l’attaque des agents neurotoxiques le 4 mars.

Après la première utilisation connue d’un agent neurotoxique militaire sur le sol européen depuis la seconde guerre mondiale, la plupart des membres de l’UE et de l’OTAN, y compris les États-Unis, ont expulsé des diplomates russes.

Cependant, plusieurs pays de l’UE, y compris la Grèce, Chypre, le Portugal, la Slovénie et l’Autriche, n’ont pas rejoint l’action coordonnée.

La Bulgarie a exprimé sa solidarité avec ses alliés de l’UE et de l’OTAN en rappelant son ambassadeur de Moscou pour des consultations, a souligné M. Borissov, tout en soulignant que davantage de preuves étaient nécessaires pour d’autres actions.

« En tant que président du Conseil européen, nous devons maintenir le canal de communication (ouvert), comme nous l’avons fait en période de tension excessive dans notre région avec la Turquie. Nous devons faire de même avec la Russie  » … « A ce stade, nous ne pensons pas que nous devrions expulser les diplomates et les officiels russes », a déclaré Borissov, après une réunion du conseil de sécurité du gouvernement sur l’attaque au gaz neurotoxique qui comprenait une audition de l’ambassadeur bulgare à Moscou.

Borissov a déclaré que l’ambassadeur retournera en Russie après les fêtes de pâques orthodoxes (le 8 avril).

Les appels à l’expulsion des diplomates russes de la Bulgarie ont fait l’objet d’une forte opposition, tant dans le gouvernement de coalition que dans d’autres partis politiques au parlement, qui sont favorables à la poursuite de bonnes relations avec la Russie.

La Bulgarie, qui a été libérée de la domination ottomane par la Russie, est devenue l’un des États satellites soviétiques les plus obéissants pendant la guerre froide. Beaucoup de Bulgares ressentent une forte affinité culturelle pour la Russie, avec laquelle ils partagent l’écriture cyrillique, le christianisme orthodoxe et la passion des alcools forts.

source & l.r