La Bulgarie participera dans 14 projets de l’Agence spatiale européenne

L’Europe doit continuer à maintenir sa position de leader dans la technologie et l’innovation spatiales, accroître sa part des marchés mondiaux et tirer parti des opportunités offertes par le développement de la politique spatiale.

C’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Economie, Emil Karanikolov, lors de l’ouverture officielle du séminaire régional « Services spatiaux pour le développement de stratégies régionales dans l’économie numérique: perspectives des Balkans et de la mer Noire ».

La ministre Karanikolov a expliqué qu’avec la signature de l’accord de coopération européenne et la participation au plan coopératif européen 2015, la Bulgarie a accru son potentiel de développement pour les PME et a amélioré les perspectives d’investissement dans l’industrie spatiale. Il a ajouté qu’un total de 34 propositions de projets ont été soumises à ce jour, parmi lesquelles 14 ont été approuvées.

« Depuis la première procédure d’appel d’offres pour l’ESA en Bulgarie, 5 projets ont été mis en œuvre et le deuxième groupe de projets approuvés est 9, qui sont actuellement en phase contractuelle. » … « La troisième procédure d’appel d’offres pour la Bulgarie a été ouverte le 12 février 2018 et s’est achevée le 13 avril 2018 « Comme prévu, le nombre de propositions de projets approuvées sera augmenté », a déclaré M. Karanikolov.

Le ministre de l’Economie a déclaré que les projets développés dans le cadre des programmes de l’ESA ont démontré des opportunités pour soutenir les politiques de croissance bleue, d’agriculture, de gestion de l’eau et de sécurité et de stabilité. Selon lui, les services et les activités spatiales contribuent de manière significative au développement de l’économie numérique en fournissant des services innovants et de gros volumes de données.

« La présidence bulgare du Conseil de l’UE fait les efforts nécessaires pour poursuivre le débat sur l’avenir de la politique spatiale européenne, car le succès des programmes européens Copernicus, Galileo et EGNOS, leur continuité et leur développement sont essentiels pour garantir l’indépendance stratégique de l’UE « , a souligné Karanikolov.

Il a ajouté qu’il considérait l’événement comme une étape dans l’engagement commun à un débat de plus en plus large et plus actif sur l’avenir de la politique spatiale européenne. C’est le premier du genre à se tenir en Bulgarie à la suite du travail conjoint de l’Agence spatiale européenne (ESA) et du ministère de l’Économie. Le séminaire se déroule sous les auspices de la présidence bulgare du Conseil de l’Union européenne grâce au soutien de l’Association européenne des sociétés de télédétection et de l’Académie bulgare des sciences.

source