La station spatiale chinoise pourrait se désintégrer au dessus de la Bulgarie

Il est prévu que dans quelques heures, le satellite scientifique chinois « Tiangong-1 » fasse une rentrée incontrôlée dans l’atmosphère terrestre, et selon les estimations de l’Agence Spatiale Européenne une grande partie de l’Europe du Sud (y compris l’Albanie, la Bulgarie et Serbie) sont dans la zone de rentrée estimée.

Ces pays se situent dans la zone de probabilité la plus élevée de l’hémisphère Nord même si le plus probable est que la majeure partie du corps se retrouve dans la mer, il y a une petite chance que des débris frappent des zones peuplées, sachant que différentes parties de l’objet pourraient retomber sur des centaines de kilomètres.

Le corps de la station est considérablement plus lourd que la majorité des débris spatiaux orbitent autour de la planète, car la station elle-même est pressurisée, et son poids de 7,5 tonnes, le place 50e plus gros objet qui va pénétrer de notre atmosphère.

Infographie ESA

L’agence spatiale chinoise a complètement perdu le contact avec la station en mars 2016 et n’a aucun contrôle sur sa re-entrée dans l’atmosphère.

Le plus gros satellite à revenir sur terre de façon incontrôlée était le «Saturn V S-II Skylab» qui est revenu sur terre en 1975 et pesait 39 tonnes.

Il est très peu probable que cela cause des dommages aux zones peuplées, depuis ces pays vous pourrez assister à un joli spectacle car la station en décomposition lors du passage final devrait être visible à l’oeil-nu depuis la Bulgarie.

La re-entrée pourrait ressembler à cela :

 

source