Les banques bulgares ont gagné 1,43 milliard de lev en 2018

Les actifs des banques en Bulgarie se rapprochent de la taille du produit intérieur brut et, à la fin de l’année dernière, ils représentaient maintenant 97,8% de l’économie du pays.

À la fin de décembre 2018, ils sont estimés à 105,6 milliards de leva ou 7,9% par an, selon le rapport annuel sur l’état de l’économie et du secteur bancaire de l’Association des banques en Bulgarie (ABB). À titre de comparaison, à la fin de 2017, les actifs du secteur représentaient 96,8% du PIB.

« Le ratio est en augmentation, à la fois en raison de la croissance des actifs des banques et de la croissance économique de l’économie bulgare », selon le rapport.

L’augmentation la plus importante du montant des actifs concerne les cinq plus grandes banques du pays (UniCredit Bulbank, DSK Bank, UBB, First Investment Bank et Eurobank Bulgaria). À la fin de la période de référence, elles contrôlaient près de 60% du marché et détenaient une part de marché cumulée de 59,4%, contre 55,9% l’année précédente. En revanche, le deuxième groupe de banques est passé de 41,7% en 2017 à 37,7% en 2018.

« Les actifs des succursales de banques étrangères sont passés de 2,4% du total des actifs du système à 2,9%, selon la BNB, la dynamique des positions du bilan est influencée par l’inclusion dans les données agrégées du système bancaire d’une nouvelle unité, d’une banque étrangère déclarée précédemment comme une institution financière « , indique le document.

Le changement de statut des finances personnelles de « BNP Paribas » est arrivé et l’année dernière, la banque centrale a lancé le processus d’enregistrement afin de l’autoriser à exercer une activité en Bulgarie par l’intermédiaire de cette succursale.

À la fin de l’année dernière, les bénéfices des banques Bulgares ont augmenté de 12%. À la fin de décembre, il atteignait 1,436 milliard de BGN (contre 1,282 milliard de leva un an plus tôt).

« L’impact sur les performances financières du système bancaire a été la hausse de l’activité de crédit, qui est au centre des banques, ce qui a un impact positif sur les revenus d’intérêts et les revenus des services de paiement », indique le rapport de l’ABB

En ce qui concerne les différents groupes, près de 70% des bénéfices de 2018 ont été générés par les cinq plus grandes banques du marché. Ils représentaient a eux seuls 68,8% du montant total, avec 28,4% pour le deuxième groupe et 2,9% pour le troisième groupe.

Après déclaration fiscale, le résultat financier positif du premier groupe n’était plus que à 61,1%, le deuxième – 39%, tandis que le troisième groupe avait un résultat financier négatif.

source