Une conférence internationale sur la sécurité des logiciels s’ouvre en Bulgarie

Une conférence internationale sur la qualité, la fiabilité et la sécurité des logiciels s’est ouverte mardi, réunissant quelque 300 participants de 25 pays et régions comme la Chine, les États-Unis et l’Allemagne.

Des sujets tels que la localisation et la prévision des pannes, l’analyse de la fiabilité, la recherche de bugs, la cyber-résilience, la sécurité des logiciels automobiles, les aspects humains et sociaux de la qualité des logiciels, la fiabilité et la résilience des systèmes complexes et la fiabilité des systèmes en cloud computing et big data seront abordés pendant l’événement de quatre jours organisé par l’Université de Sofia « St. Kliment Ohridski ».

Karina Angelieva, vice-ministre bulgare de l’éducation et des sciences, a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture qu’elle était très impressionnée par le programme.

« Le sujet de la conférence est très important », a-t-elle déclaré, ajoutant que la sécurité et la fiabilité des systèmes d’information étaient à l’ordre du jour de nombreux gouvernements.

Elle a également estimé que la conférence offrirait aux jeunes l’occasion de lancer des recherches sérieuses dans le domaine.

« Les nombreux sujets proposés offrent aux ingénieurs et aux praticiens de l’industrie et aux scientifiques des universités la possibilité de présenter leurs travaux et de discuter des dangers auxquels nous sommes confrontés ainsi que des moyens de les prévenir et de développer des systèmes fiables et sécurisés », a déclaré le professeur Anastas Gerdjikov, recteur de l’Université de Sofia, a déclaré à son tour.

Les récents « événements critiques » en Bulgarie ont montré à quel point il était important de discuter de sujets tels que les vulnérabilités logicielles, la pénétration et la protection de logiciels, la détection et la prévention des intrusions, a déclaré Gerdjikov.

« Nous devons être préparés et les conférences comme celle-ci offrent l’occasion d’échanger des expériences et de prendre conscience des nouveaux dangers technologiques », a-t-il déclaré.

Mardi dernier, l’Agence nationale du revenu a déclaré que les pirates informatiques avaient pénétré son réseau et obtenu l’accès à environ 3% des informations qu’il contient, y compris des données sur les personnes physiques et morales, ainsi que des impôts déclarés et payés.

source