Les manifestantes dénoncent le patriarcat, les promesses en l’air des politiques, les féminicides, les viols et les agressions sexuelles.

“Ni les femmes ni la terre ne sont des territoires de conquête”, “féministe en colère, je ne vais pas me laisser faire”, est-il écrit sur les pancartes. A l’occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, plusieurs milliers de personnes ont défilé, mardi 8 mars, dans toute la France contre les violences sexistes et pour l’égalité salariale. “On en a ras-le-bol du féministe washing, du blabla, on veut des actes”, a dit à l’AFP Sophie Binet, chargée des questions d’égalité des sexes à la CGT, syndicat membre du collectif de 62 organisations à l’origine de la manifestation, à Paris.

“Halte à toutes les violences contre les femmes, le patriarcat tue”, “L’égalité des salaires ne doit pas être une parole en l’air”, pouvait-on également lire dans le corège parisien. “Violées, battues, harcelées, les femmes en ont assez”, “Qui ne dit mot ne consent pas”, “Ni invisibles, ni disponibles, libres et irréductibles”, était-il également écrit sur des pancartes à Montpellier (Hérault).

“Beaucoup de monde” à Toulouse (Haute-Garonne), a rapporté 20 Minutes. “Nous ne nous tairons pas”, “céder n’est pas consentir”, pouvait-on aussi lire sur des affiches à Lyon (Rhône).