Ce bilan, qui repose sur les déclarations des Etats, est très certainement inférieur à la réalité. L’OMS, notamment, estime que la mortalité totale liée à la pandémie est deux à trois fois supérieure.

Près de deux ans après les premiers cas, la pandémie de Covid-19 continue de tuer à travers le monde. Le décompte cumulé du nombre de victimes du virus tenu par l’université américaine Johns Hopkins, l’un des plus suivis, fait état depuis lundi 1er novembre de plus de 5 millions de morts, près de deux ans après les premiers cas connus.

Le tableau de bord de cette université, mis à jour régulièrement, prend en compte les bilans annoncés par les différents Etats du monde et leurs agences de santé. L’agence AFP, qui tient son propre décompte, affirme lundi que ce seuil symbolique s’apprête a être atteint. Cependant, le nombre réel de morts du Covid dans le monde est vraisemblablement bien supérieur à 5 millions. En prenant en compte la surmortalité liée au Covid, il pourrait être deux à trois fois plus élevé, a déjà prévenu l’OMS.

En France, plus de 118 000 décès ont été attribués au virus depuis mars 2020. Le bilan officiel le plus lourd est celui des Etats-Unis (746 000 morts), suivis du Brésil (608 000) et de l’Inde (458 000). Le Pérou compte le plus grand nombre de morts rapporté à sa population, avec 200 000 victimes pour 33 millions d’habitants.