Au moment où les restrictions sanitaires s’allègent, les modélisations de l’Institut estiment que le nombre de cas positifs au Covid-19 en mars devrait être “très inférieur au pic de la vague de janvier”.

Faut-il craindre une nouvelle vague de contaminations au Covid-19 ? C’est la question à laquelle l’Institut Pasteur a tenté de répondre. Selon une étude publiée jeudi 10 mars (PDF), les experts estiment que “dans tous les scénarios explorés, le pic des cas (en mars) reste très inférieur au pic de janvier”.

Selon le rapport précédent de l’Institut Pasteur, publié le 21 février (PDF), BA.2, un sous-variant d’Omicron, ne devait pas provoquer à lui seul de “rebond important de l’épidémie”. Ce rebond était “possible”, selon les modélisations, “si les Français relâchaient leurs comportements”. Or, à compter du lundi 14 mars, de nombreuses restrictions vont être levées. Le masque ne sera plus obligatoire à l’école. Le protocole sanitaire ne sera plus appliqué en entreprise. Enfin, le pass vaccinal ne sera plus requis, de même que le masque dans les magasins.

Alors que depuis une semaine, le nombre de contaminations est en légère hausse, après une période de baisse depuis le pic de la dernière vague, fin janvier, et qu’Olivier Véran a, vendredi 11 mars, fait état d’un frémissement de la pandémie, Franceinfo fait le point sur les résultats de ces nouvelles modélisations.